Réflexions du Comité des lecteurs de DJL

  

Grand Prix de Littérature Dramatique

L’Odeur des arbres de Koffi Kwahulé

Le lauréat.

“Le style d’écriture m’a séduite, il est très poétique.”
« J’ai particulièrement aimé le fait que les noms des personnages ne soient pas indiqués lorsqu’ils parlent. Cela nous laisse découvrir au moment de la lecture d’une réplique qui en est l’auteur. On peut aussi de temps en temps assimiler une réplique à des pensées. Cela nous laisse une certaine liberté qui m’a permis de considérer à certains moments qu’un personnage ne disait pas sa réplique à haute voix mais plutôt que j’assistais à sa pensée. »
« La façon dont est écrite la pièce est extrêmement originale. J’aime le fait que rien ne soit explicité mais suggéré, pour une pièce qui concerne le meurtre et la recherche du coupable et de la vérité, ça étaye bien le propos. »
« Les personnages sont complexes. »
« Je trouve que la problématique du développement en Afrique, de la transformation de la société, de l’effet qu’à “la modernité” sur la société est très intéressante. On est confrontés à la “décadence” d’une société d’un point de vue moral, mais qui est selon les intéressés, jugé nécessaire d’un point de vue économique. Ça remet en cause l’effet de la mondialisation et du capitalisme sur nos sociétés et nos valeurs, et pour ça c’est très intéressant. »
« L’œuvre questionne le respect des morts, le changement que provoque le capitalisme : jusqu’où celui-ci peut nous pousser pour que l’on obtienne ce que l’on souhaite ou préserve ce que l’on veut. Une société immorale se développe en raison de changement économique venant bouleversé la culture et ainsi le respect des autres. »
« La question du respect des valeurs se pose. »

Vents contraires de Jean-René Lemoine

Notre coup de cœur.

« Sombre et captivant. » «Texte très vivant. » « La solitude et le désir d’être aimé de chaque personnage est touchant. »
« Ecriture profonde et humoristique, à la fois fine et ironique. »
« Les jeux de dialogues donnent l’impression de mouvements qui s’enchaînent, à la manière de vagues qui déferlent les unes après les autres. »
« J’ai beaucoup apprécié la confusion entre rêve et réalité qui rythme l’action. »
« Je ne pense pas que je puisse répondre à quelque question sur cette pièce. Elle m’a fait beaucoup d’effet mais je ne saurais pas dire pour quoi. J’ai trouvé que c’était une pièce parfaite pour parler du désir, elle était sensuelle, organique, visuelle (notamment avec ces moments où les personnages dansent sur de la musique techno). J’ai beaucoup aimé les sujets qu’elle abordait, le désir, la dépression, l’amour tant spirituel que physique. J’ai beaucoup aimé la façon dont elle était découpée, la façon dont elle était articulée, la façon dont toutes les histoires se recoupaient. Honnêtement, j’aurais adoré voir cette pièce montée, elle a une esthétique, une dynamique propre et particulière. Un peu rebelle peut-être ? Je vois bien certains acteurs habillés en punk, je ne sais pas pourquoi.
J’adore aussi la façon dont cette pièce me laisse : dubitative, pleine de questionnements, en admiration devant quelque chose sur lequel je n’arrive pas à mettre le doigt. »
« Les personnages sont fragiles, humains, possèdent leurs personnalités propres, mais incarnent à eux tous le même mal être, la même difficulté de vivre. »
« L’auteur nous a tout donné. »
« Les personnages sont désinhibés, ils assument ce qu’ils pensent et osent dire ce que dans la réalité nous n’oserions pas dire ou du moins pas avec aussi peu de délicatesse. »
« Ce texte me conforte dans l’idée que l’être humain ne peut vivre sans tendresse. Envisager que la cupidité s’immisce dans notre intimité la plus profonde me terrifie. Le monde qui est dépeint dans cette pièce me dégoûte. Ce texte m’a d’abord abattu, maintenant, il me révolte. »
« L’amour est-il possible dans une société pareille à la nôtre ? »

Grand Prix de Littérature Dramatique Jeunesse

Les Discours de Rosemarie de Dominique Richard

Le lauréat.

« J’ai adoré ce texte qui m’a paru très recherché, très poétique et qui à la fois reflète avec finesse la personnalité des enfants. De ce fait, c’est un texte qui, selon moi, peut être apprécié par des jeunes lecteurs tout comme par des adultes. »
« J’ai beaucoup aimé ce livre car il est très cocasse et nous ramène en enfance, nous rappelle certains sentiments qu’on a pu ressentir lorsqu’on était enfant, des situations vécues (rancœur très vite oubliée ; haine et sentiments mauvais à l’excès ; situations auxquelles on donne une trop grande importance.) »
« La versatilité des émotions de Rosemarie est libératrice. Son orgueil omnipotent et son besoin de reconnaissance sont hilarants. Sa timidité et ses regrets sont touchants. »
« Je trouve qu’il reflète bien les mécanismes utilisés pendant les campagnes, la manière de réfléchir afin de battre son adversaire, les coups tordus faits pour essayer de gagner des voies. »

Mon chien-dieu de Douna Loup

Notre coup de cœur.

« Langue vivante » « Très beau style, sensible, délicat et léger, simple et qui choisit ses mots avec soin. » « Une petite perle. »
« Rythme agréable, l’auteure prend le temps d’installer l’intrigue, attise la curiosité du lecteur (Mais que va-t-il se passer pendant l’été ?) »
« L’histoire est très intéressante et unique par sa douceur, on y rentre petit à petit sans savoir où elle va. »
« L’histoire, bien qu’elle s’adresse à des enfants, est touchante tant de par les thèmes abordés que par les personnages qu’elle met en scène.Elle traite à la fois de l’amour, de la séparation et de la mort en mélangeant la réalité et l’imaginaire. »
« Les personnages sont complexes. » « et profonds. » « Ils se ressemblent et nous ressemblent » « On se les approprie. »
« J’ai été très touchée par le thème de l’amour naissant entre les deux enfants. C’est un amour issu du partage d’une souffrance. L’un et l’autre souffre à sa manière mais ils créent un univers commun afin, non pas de s’échapper de la réalité, mais au contraire de l’affronter, lui donner un sens et la rendre plus facile à supporter puis à accepter. »
« Ce texte nous parle du désir et de la peur. De la rencontre et de la perte. Des morts et des vivants. Je pense qu’il est important que les enfants lisent, voient, entendent des histoires comme celle-ci. »