Bérénice

 12 mai à 20h

Texte Racine mes Célie Pauthe

Une scénographie très belle et épurée avec de grands rideaux blancs sur lesquels sont retroprojectés des extraits du film Césarée de Marguerite Duras. Des moments de pauses assez poétiques pour cette pièce évidemment en alexandrins, ce qui a été un obstacle à la compréhension pour certains (hélas…mais on peut espérer qu’en grandissant, ils seront sensibles au vers racinien !).
Le jeu des comédiens n’a pas soulevé l’enthousiasme (sauf Titus !) et le texte déclamé de façon hachurée peut être perçu comme didactique.
Une pièce qui a donc laissé certains sur leur faim…
Discussions après le spectacle.
Le retour des jeunes

Une grande Mélodie dans un Bérénice un peu long.

Nous avons assisté à « Bérénice » de Jean Racine, mis en scène par Célie Pauthe.
Cette pièce met en scène un amour impossible entre l’empereur de Rome nommé Titus et Bérénice, la reine de Palestine. Le peuple romain n’accepte pas une impératrice étrangère, c’est pourquoi Titus doit faire un choix. Titus choisira-t-il l’honneur ou l’amour ?
Je suis mitigée. A la fois la langue racinienne, le jeu des personnages sont très forts mais j’ai trouvé ce spectacle trop long et peu rythmé. Les tirades des personnages sont sûrement trop denses pour moi. J’ai trouvé néanmoins que le jeu des acteurs est impressionnant, par exemple celui de Mélodie Richard qui a une présence spectaculaire : lorsqu’elle entre sur scène les regards sont  rivés sur l’extravagante Bérénice.

Paula B.

La tragédie fait rire avec Bérénice !

La pièce Bérénice, écrite par Racine en 1670, est ici mise en scène par Célie Pauthe.
À Rome, dans l’Antiquité, trois souverains, Antiochus, Roi de Comagène, Titus, Empereur de Rome et Bérénice, Reine de Palestine. Les trois sont liés par des relations compliquées. Bérénice aime Titus et imagine sa vie entière avec lui, et même être nommée Impératrice. Titus aime Bérénice, voudrait vivre avec elle pour toujours, mais est contraint de la quitter par les lois romaines, qui exigent une impératrice romaine. Antiochus, lui, tait son amour pour Bérénice depuis cinq ans, est son confident et son plus fidèle ami, son seul souhait est de la voir heureuse. Il décide de lui avouer son amour et de quitter Rome. Les deux hommes entretiennent une relation très forte et se soutiennent mutuellement.
Les décors minimalistes et modernes, les costumes qui se confondent entre l’époque romaine et la moderne, les acteurs extrêmement doués :  c’est ce qui vous attend dans la mise en scène de Célie Pauthe. Seulement un canapé, une lampe, une table basse, deux rideaux et du sable au sol. Ce simple décor fera office d’appartement de Bérénice et d’appartement  de Titus. Tous les personnages y font évoluer l’histoire et l’intrigue durant deux heures quinze. L’espace tout entier est utilisé, les comédiens entrent par derrière, par la droite ou même par le centre, ce qui ajoute du dynamisme. Les acteurs riment sur les textes de Racine avec une grande précision et nous éblouissent. Plus la situation devient compliquée, plus les personnages cherchent leurs mots, plus les spectateurs se retrouvent à rire en chœur.

Un spectacle musicalement racinien et longuement touchant !

Dora F.

Bérénice est une pièce de Jean Racine relatant l’amour entre la reine d’Orient et l’Empereur romain Titus.

Si vous êtes amateur de romantisme, cette pièce est pour vous. Lors de la représentation que nous avons vue, j’ai trouvé que les acteurs jouaient à la perfection, surtout Bérénice et Titus. De plus, j’ai trouvé que les passages vidéo où la voix off nous raconte l’histoire de Cesare était plutôt bien pensés. En revanche la pièce comporte des longueurs et contient un texte qui n’est pas des plus simples. Je pense que cette pièce s’adresse surtout à un public renseigné et âgé. C’est un texte qui nous parle d’un amour impossible, de l’incompatibilité entre sentiments et politique.

Elio C.

Bérénice, une tragédie singulière

Bérénice est une pièce de théâtre écrite par Jean Racine et représentée pour la première fois le 21 novembre 1670 à l’hôtel de Bourgogne. Elle est mise en scène aujourd’hui par Célie Pauthe qui sera particulièrement sensible à cette histoire poignante où se concentre l’essence d’un lien intime.
Titus et Bérénice vivent un amour impossible. Ils ne peuvent se l’avouer. Bérénice ne peut pas même le concevoir : depuis cinq ans, son amant n’a cessé de lui jurer une passion éternelle. Quant à Titus, il préfère s’étourdir, s’aveugler. Mais voici que s’est levé le jour tragique. Entre la loi du monde et la foi des amants, il va falloir choisir. Et ce choix est un mortel déchirement.
C’est le choix de la sobriété et de la majesté qu’a fait Célie Pauthe dans sa scénographie de la pièce de théâtre Bérénice. La scène est constituée d’ un immense rideau blanc qui sert de support de vidéo-projection. Tout au long de la pièce il n’y aura qu’un décor représenté : un salon sobre et chic, des coupes de champagne et un sable envahissant qui laissera apparaitre deux contrastes inattendus. Le jeu des comédiens ainsi que leurs présences sur scène est époustouflant. En effet, Le texte résonne fort et haut, riche de toute sa palette de sons et de sens. Ainsi, le duo maudit des deux héros portés par Clément Bresson et Mélodie Richard fonctionne à merveille. Malgré cela, le spectacle était un peu trop long à mon goût et la langue racinienne était difficile à saisir. C’est en tout cas un beau moment passé à l’Odeon pour découvrir une nouvelle approche du spectacle racinien. Nous pouvons l’aimer ou la détester, mais une chose est sûre c’est qu’elle ne peut pas nous laisser indifférent.

Un spectacle que je conseille à tous les amateurs raciniens.

Lou C.

Bérénice, écrite par Racine en 1670, et mise en scène par Célie Pauthe.
En pleine Rome antique,  Titus, Empereur de Rome est épris d’un amour réciproque pour  Bérénice, Reine de Palestine. Cependant cet amour ne se peut, en effet les lois romaines lui interdisent d’épouser une étrangère. Ajouter à cela l’amour qu’a Antiochus, meilleur ami de Titus envers Bérénice et qui refoule ses sentiments au plus profond de lui, en respect à son ami. Dans un décor moderne et formidable, se passe une scène antique et regrettable.
Les comédiens dans des habits récents, ont très bien interprété le texte poétique de Racine. De plus l’utilisation d’un vidéo projecteur pour raconter des faits antiques a prouvé que mélanger antique et moderne peut être une très bonne idée.

Dominique T.