Fiche Autour de La cantatrice chauve

Quelques mots sur l’auteur

Eugène Ionesco (1909-1994) est un dramaturge et écrivain roumano-français. Il passe sa petite enfance en France avant de partir vivre en Roumanie en 1925 avec son père suite au divorce de ses parents. Il fait des études de lettres françaises à Bucarest. Après la Seconde Guerre Mondiale, il obtient la nationalité française et s’installe en France.

En 1950, il écrit La Cantatrice Chauve : cette pièce fait de Ionesco le père du théâtre absurde (empreinte du non-sens), mais est un échec à sa création.

Ionesco est un des premiers auteurs à être publié de son vivant dans la prestigieuse bibliothèque qu’est La Pléiade.

En 1970, il est élu à l’Académie Française.

Il meurt à Paris le 28 mars 1994.

Quelques mots sur la pièce

Cette « anti-pièce » comme l’indique son sous-titre est emblématique du théâtre de l’absurde. La pièce s’ouvre avec Monsieur et Madame Smith dans leur salon. Ils viennent de finir leur dîner et tiennent une discussion incohérente. Ensuite, Mary, leur bonne, fait entrer leurs invités, les Martin. Au cours de la soirée, la sonnette de l’entrée sonne à plusieurs reprises mais personne n’est en fait à la porte … Puis un capitaine de pompier sonne, on le fait entrer. S’en suit des situations improbables qui les conduisent à avoir tous des comportements presque hystériques.

La cantatrice chauve a été créée en 1950 par Nicola Bataille au théâtre de La Huchette (Paris 5ème), sans grand succès. Il a été repris en 1957 avec une autre pièce de Ionesco, La leçon, et cela fit 60 ans que le spectacle est joué dans ce théâtre : c’est devenu une institution et il détient le record du monde du spectacle qui se joue dans un même lieu sans interruption !

Quelques mots sur le metteur en scène

Jean-Luc Lagarce est actuellement l’auteur contemporain le plus joué en France. Metteur en scène de textes classiques aussi bien que de ses propres pièces, c’est en tant que tel qu’il accède à la reconnaissance de son vivant. Depuis sa disparition (il meurt en 1997 du sida à l’âge de 38 ans), son œuvre littéraire (vingt-cinq pièces de théâtre, trois récits, un livret d’opéra…) connaît un succès public et critique grandissant ; elle est traduite en vingt-cinq langues.

C’est sa mise en scène de La cantatrice chauve, créée en 1991, qui est reprise le plus fidèlement possible par François Berreur qui a réuni les mêmes comédiens, retrouvé les décors. Les costumes avaient été perdus mais ils ont été refaits quasiment à l’identique.

Voici quelques extraits d’un entretien datant de 1992 avec le journaliste Jean-Pierre Han, dans lequel Jean Luc Lagarce précise ses intentions de mise en scène :

La pièce : « La Cantatrice chauve est une pièce sur l’absurde évidemment‚ mais le spectacle que j’en ai tiré n’est pas si absurde que cela‚ il est au contraire très logique. Le public paraît surpris de sa cohérence. Il s’attend‚ la plupart du temps à une pièce qui tiendrait de l’écriture automatique‚ ce qui n’est pas faux pour la fin. En revanche les premières scènes‚ les « grandes » premières scènes‚ entre Monsieur Smith et Madame Smith‚ sont très cohérentes.»

Décor, costumes, choix des comédiens : « Ce que j’ai fait est très… coloré ! (…) Mais même si le spectateur ne s’en aperçoit pas au début‚ il va vite sentir qu’il y a comme un problème de perspective. (…) l’effet est volontairement appuyé pour que l’on sente bien qu’il n’y a là qu’une façade‚ c’est-à-dire un décor. On est là pour faire semblant et on sait qu’on fait semblant. »

  • Et JL Lagarce fait allusion au film Mon oncle de Jacques Tati, aux feuilletons américains des années 50 (*** Voir pour aller plus loin / Découvrir un peu plus)

Musique : il évoque là aussi le cinéma et notamment les films policiers. « Tout le monde a des angoisses (…) il y a une bande-son importante avec une musique de Carla Bley qui semble très connue et qui‚ en même temps‚ est déglinguée. Il y a également des musiques de films d’Hitchcock‚ le tout donné d’une manière très fractionnée. »

Fin : La pièce de Ionesco comporte 3 fins inédites que JL Lagarce a tenu à mettre en scène

« elles ne sont pas rédigées sous forme théâtrale. Ionesco écrit : « On aurait pu faire ci ou ça… » Alors sur le plateau tout recommence ; tous les acteurs reviennent au milieu des décombres faire une espèce de photo de groupe. Ils expliquent au public que ça finit comme ça‚ mais que ça aurait pu finir autrement‚ qu’ils auraient pu faire ci ou ça…C’est une parodie du brechtisme. Le public se dit : « Bon‚ admettons »‚ mais au fur et à mesure que les acteurs racontent cela‚ leur hargne les uns par rapport aux autres‚ leur vieille paranoïa d’avant‚ et puis l’absurdité de ce qu’ils racontent comme étant des fins possibles‚ tout cela réapparaît très vite. Tout se passe comme si les acteurs en coulisse étaient encore plus cinglés que les personnages qu’ils jouent. »

« La Cantatrice chauve est une formidable machine à jouer‚ une machine à faire du théâtre. Ça parle de la petite bourgeoisie mais c’est surtout une parodie de théâtre comme il y en a peu en France. Ionesco se moque de la comédie policière‚ du théâtre de boulevard‚ du théâtre bourgeois à la Bernstein‚ du théâtre anglais‚ mais aussi de Brecht‚ il se moque de la mise en scène‚ de tout en un mot ! »

Pour aller plus loin….Quelques pistes de recherches

Découvrir et lire :

Rhinocéros, Eugène Ionesco

-Samuel Beckett (auteur, poète et dramaturge irlandais)

En attendant Godot, Samuel Beckett (chef-d’oeuvre absolu du théâtre de l’absurde)

Découvrir des oeuvres picturales

  • Recherchez (et analysez !) des peintures des courants expressionnistes, cubistes et surréalistes. Quelques idées :

Le Cri, Edvard Munch

Guernica, Pablo Picasso

La trahison des images, René Magritte

La persistance de la mémoire, Salvador Dali

Découvrir un peu plus

-Un des thèmes abordés dans La Cantatrice Chauve est l’absurde : allez en apprendre davantage sur ce thème, qui a inspiré plusieurs auteurs du XXème siècle

-L’histoire du choix du titre de la pièce est originale : découvrez la raison pour laquelle Ionesco a intitulé sa pièce La Cantatrice Chauve …

– Découvrir le film de Jacques Tati Mon oncle (et d’autres films de ce réalisateur, Jour de fête notamment) et comprendre le rapprochement que Jean-Luc Lagarce fait avec son décor ***

Et autres idées personnelles (…)