Ex : La Bonne Ame du Se Tchouan à l’ODEON (Ateliers Berthier)

 

Affiche Novembre 2014

Texte Bertolt Brecht mes Jean Bellorini

DIVINE, voilà le premier mot qui me vient à l’esprit quand je pense à cette pièce. Les personnages sont parfaitement bien interprétés, particulièrement le dieu, et Shen Té. La pluie est très réaliste, les décors simples mais élaborés. L’éclairage très nuancé et la musique (très belle ! Des chants et des instruments qui créent une vraie ambiance à la pièce), tout cela indique les sentiments des personnages.

En bref, j’ai adoré la pièce, elle est absolument divine, drôle, touchante, et surtout: humaniste. Je la recommande fortement !

Sonia Maizi

J’ai adoré ! 

La Bonne âme du Se Tchouan est parsemé d’intermèdes chantés par des comédiens accompagnés d’un orchestre… Intermèdes musicaux permettant d’alléger la gravité de certains sujets abordés, peut-être redondants toutefois.

Le décor moderne s’anime devant nos yeux au fur à mesure de l’histoire. Certaines scènes comme les scènes de pluies, sont magiques et ajoutent de l’intensité à l’histoire.

La compagnie Air de Lune joue admirablement bien : la comédienne Karyll Elgrichi, qui joue Shen Té/ Shui Ta est très convaincante et passe d’un personnage à un autre avec brio en nous montrant les contradictions de la nature humaine. J’ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois… La propriétaire Mi Tsu (Geoffroy Rondeau) m’a fait beaucoup rire, le dieu (Med Hondo) m’a impressionnée et François Deblock qui joue le porteur d’eau à une belle présence.

Mais cette pièce est aussi très intéressante car elle nous amène à réfléchir : une bonne âme peut-elle survivre dans ce monde ?

On aborde donc plusieurs sujets dans cette pièce: la domination de l’argent, le mariage, l’amour, les contraintes sociales, la religion. La mise en scène humaniste de Jean Bellorini permet de faire ressortir le texte atemporel de Brecht.

Tout est présent: apartés adressés au public, changements de décors à vue, scènes drôles tout en posant des questions justes…Je le répète : j’ai adoré.

Lenda Messaoudi

Laisser un commentaire