Ex : Concert Schubert Mozart

Orchestre de Paris
Schubert, Symphonie n°4 «Tragique» Mozart, Grande Messe en ut mineur, K.427
Louis Langrée, direction

4 jeunes sont invités à la répétition (9/12) du concert du 10 décembre. Ci-dessous, les 2 meilleures critiques

Le mardi 9 décembre à 20h, une répétition générale d’un concert prévu pour le lendemain se tient à la salle Pleyel. C’est l’orchestre de Paris qui interprète deux oeuvres musicales datant de siècles différents: la symphonie n°4 « Tragique » de Schubert, et la Grande Messe en ut mineur de Mozart.

La messe est composée de quatorze séquences regroupées en quatre mouvements. Cependant, elle est inachevée. L’orchestre et les choeurs sont dirigés par Louis Langrée. Au long du morceau, les solistes Marita Solberg, Katija Dragojevic, Toby Spense, et Nahuel di Pierro sont mis en avant tour à tour, avant de se regrouper en quatuor, accompagné du double choeur, lors du dernier mouvement. Le nombre impressionnant de chanteurs confère à la messe une dimension majestueuse, qui atteint son apogée dans le Qui tollis, du mouvement Gloria. Cette partie peut faire penser à un choral de Bach. La diversité des nuances et des voix, ainsi que le talent des solistes, m’ont marquée.
Dans la symphonie de Schubert, les choeurs sont absents, mais les instruments sont plus nombreux. Le début de la symphonie rappelle quelque peu le Qui tollis de l’oeuvre précédente, avec son rythme lent et son intonation mélancolique évoquée par la tonalité mineure. Ces deux oeuvres, allant du tragique à l’étincellant, m’ont touchée.
Les musiciens, par leur virtuosité et leur complicité, ainsi que le cadre grandiose, m’ont fait vivre une expérience mémorable. J’ai hâte de retourner à la salle Pleyel pour assister à d’autres concerts.
Merci beaucoup pour votre invitation.

Laura Delhemmes

N’ayant malheureusement pas l’expérience suffisante pour effectuer une véritable critique d’un concert je ne peux que commenter mon ressenti par rapport à la musique.
Étaient répétées ce soir-là deux œuvres différentes: la Messe en Ut mineur de W.A Mozart et la Symphonie n˚4 dite « Tragique » de Schubert.
Tout d’abord la Messe en ut mineur m’a évoqué une grandeur cérémoniale mêlée à une certaine passion. Elle m’a aussi fait découvrir la puissance contenue dans un chœur et renforcée par les voix solistes de Marita Solberg, Katija Dragojevic, Toby Spence et Nahuel Di Pierro.
Ensuite la Symphonie numéro 4 « Tragique » elle,  m’a fait ressentir une forte nostalgie mais contrebalancée par une lueur d’espoir. Tout cela porté par un instrumental fort dont les violons et violoncelles ressortent le plus fort.
Enfin j’ai été touché par le fait de voir le travail de retouche fait par le chef d’orchestre Louis Langrée qui m’a permis de voir l’importance de certains détails pour le reste de l’œuvre.
Je vous remercie pour cette invitation qui m’a procuré un grand moment de bonheur musical, merci encore
Lucas Chausson