Pinocchio J.Pommerat / ODEON Berthier

Affiche le 11 décembre 2015 à 20h

Une découverte de l’univers magique de Joël Pommerat dans lequel la lumière est si belle !Un Pinocchio librement inspiré du conte de Carlo Collodi.

pino

IMG_20151211_191028488 Les réactions des jeunes à la sortie étaient variées, du vrai plaisir à un certain ennui pour quelques-uns. De bonnes critiques nous ont été envoyées :

… de Zola M.

La pièce raconte une histoire émanant de l’imagination du narrateur, un homme aveugle, qui nous transporte dans  l’univers sombre et morose d’un pauvre artisan, Gepetto qui fabrique un pantin en bois et le baptise Pinocchio.

Têtu, le pantin fait face à de nombreux obstacles. Escroqué et battu, il décide enfin avec l’aide d’une fée d’aller à l’école et de devenir un petit garçon. Il est d’abord  un très bon élève mais il tombe sous la mauvaise influence d’un camarade qui l’emmène à un endroit où il ne devra plus jamais travailler. Or, après plusieurs mois, les deux garçons se font transformer en ânes et sont vendus. Pinocchio est retransformé en pantin lorsqu’on le noie et il réussit à s’enfuir. Il se retrouve ensuite à l’intérieur d’une énorme baleine, où il retrouve son père qui le cherche depuis le début. Pinocchio ment une dernière fois afin de sauver Gepetto et devient enfin un vrai petit garçon.

Le Pinocchio de Pommerat est très différent de celui de Carlo Collodi; le visage peint en blanc et les yeux contournés en noir, ce personnage est plutôt effrayant et m’a un peu fait peur. En cela, Pommerat n’est pas très fidèle au texte original et détourne du traditionnel afin de créer quelque chose de nouveau. C’est pour cela que j’ai beaucoup aimé cette pièce.

Les acteurs étaient tous très bons ( j’ai trouvé la voix du pantin un peu aigue et énervante, mais je pense que c’était fait exprès). Le décor était très simple mais bien fait et intelligemment mis en scène. Mais c’est la lumière qui fait tout le décor ! En effet, l’obscurité joue un rôle important dans le déroulement de la pièce, notamment avec les changements de scène, l’ambiance très sombre et presque médievale. L’atmosphère est très glauque (pantin, personnages avec des masques d’animaux, bruitages de baleines etc…). Pommerat utilise la lumière et l’obscurité pour mettre en valeur certaines parties de la scène.

La mise en scène est absolument magnifique.

Aussi, j’ai vraiment aimé le fait que ce soit raconté du point de vue d’un homme aveugle (le moment au début lorsqu’il nous montre ce qu’il voit, nous plongeant dans le noir, est très poignant). J’ai surtout aimé la scène lorsque Pinocchio essaye de monter sur le plateau avec une femme qui chante. J’ai trouvé le plateau qui tourne et la musique étaient très réussi.

Cette pièce est très émouvante, je la conseille vivement.

d’Helena C.C

Joël Pommerat nous livre un spectacle magnifique et plein de fantaisie, porté par cinq comédiens exceptionnels qui nous font réfléchir aux promesses et aux décisions qui peuvent avoir des incidences sur notre vie future

Pinocchio, le conte de Carlo Collodi datant du XIXème siècle, est adapté par Joël Pommerat qui travaille souvent avec les mêmes comédiens

Nous connaissons tous sans doute l’histoire de Pinocchio, sans forcément connaître tous les épisodes de ce conte. Pinocchio est un pantin fabriqué par un homme âgé à partir d’un tronc d’arbre. Pinocchio est curieux, veut voyager, a besoin de beauté et de fierté et il voudrait être riche. Le mensonge défigure son visage en lui faisant croître le nez. Le pantin, tout au long de ses aventures, est sur le chemin de l’humanité et devient finalement un homme. Joël Pommerat fait l’adaptation de ce conte en considérant que « la mise en scène est une écriture ». Ainsi, la scénographie, les décors, les costumes, la lumière, le son, l’utilisation de l’espace et le jeu des comédiens sont très travaillés et approfondis

Les comédiens, qui portent chacun un costume permettant de les identifier, comme par exemple la longue robe blanche de la fée, nous emportent dans une aventure remplie d’émotions: peur, inquiétude, tristesse, bonheur, joie… Les effets de lumière sont fabuleux. Pinocchio navigue sur la mer avec son père et nous avons l’impression d’être à ses côtés. Pinocchio se retrouve au milieu d’un spectacle merveilleux où une femme chante et nous voudrions descendre sur scène et danser. La musique et les bruits, très forts, ont un impact sur le spectateur en le faisant frissonner par moments. La pièce se termine sur Pinocchio qui promet « à son petit papa » de tenir désormais ses promesses.

Un spectacle magique qui nous fait voyager pendant une heure et quart ! À voir au plus vite !

De Kayla B.

Pinocchio, qui est présenté à l’ODEON Berthier nous fait découvrir la mise en scène et l’adaptation ingénieuse de Joël Pommerat, du célèbre conte de Carlo Collodi.

La belle et émouvante histoire de Pinocchio, nous est toute familière : un jeune garçon galbé d’un tronc d’arbre dont le nez pousse lorsqu’il ment et qui malgré de nombreuses péripéties est finalement sauvé par son père et se transforme en humain. Cependant, dans cette pièce Pinocchio n’est pas un innocent et naïf petit garçon. On nous délivre la vraie, et sombre histoire qui se cache derrière ce conte, celle d’un garçon causant lui-même ses maux, hautain, irrespectueux, et insoucieux.

En effet, moi qui ne connaissais que la version “mainstream” de Pinocchio, cette version m’a énormément surpris, voire dégouté du personnage. Pinocchio est un enfant méchant, et le metteur en scène fait fabuleusement passer ce côté négatif en faisant augmenter la pression tout au long de la pièce à l’aide de voix très stridentes, d’images “choc” (comme des personnes habillées en personnages du ku klux klan et j’en passe… ). J’ai beaucoup aimé la mise en scène, les lumières sont utilisées brillamment et les costumes mettent bien en avant les personnages. Cependant j’ai trouvé cette pièce vraiment triste : voir ce petit garçon sans aucune compassion pour son père alors que celui-ci lui donne tout, constater qu’il pense à lui uniquement en dernier recours donne vraiment de la peine. De plus, que ce garçon malpoli et grossier soit récompensé au final me donne juste envie de crier à l’injustice.

Pour conclure, je pense que cette pièce est absolument à voir, les comédiens font un travail magnifique et la mise en scène accentue grandement cette performance. Cette pièce permet de donner un point de vue différent sur une histoire qu’on pense savoir, un point de vue plus qu’intéressant !

De Laurène M.

Une pièce très touchante qui nous plonge dans un monde unique.

La célèbre histoire du petit pantin de bois créée par Carlo Collodi, Pinocchio, est revisitée et mise en scène par Joël Pommerat.  Ce dernier prend donc le risque de réécrire l’histoire de Pinocchio à sa manière, ce qui n’a pas été fait très souvent. Même si la base de l’histoire reste la même – cette marionnette vivante créée par Geppetto dont le nez s’allonge lorsqu’il ment – ce nouveau Pinocchio a un caractère plus trempé et n’en fait qu’à sa tête.  Le petit pantin de bois devra réussir à trouver des solutions à chaque problème qu’il aura engendré, tout en étant sous la surveillance de sa marraine la fée qui le punira à chaque bêtise. C’est à la fin de toutes ces aventures que Pinocchio retrouve son père dans le ventre d’une baleine géante. C’est là qu’il se rend vraiment compte de l’importance de son père pour lui, et décide d’être sage et de toujours être obéissant. Grâce à ses efforts, Pinocchio se métamorphose peu à peu en vrai petit garçon de chair, en récompense de son attitude exemplaire.

La pièce de Pinocchio m’a beaucoup touchée et m’a agréablement surprise. En effet c’est une histoire très moderne que l’on retrouve et qui nous plonge complètement dans un monde unique dont je ne me suis pas détachée une seconde. Cette sorte de bulle est créée par beaucoup d’éléments de mise en scène, notamment par les costumes et la lumière. Je pense que les costumes des personnages marquent particulièrement cette ambiance particulière. Je retiens notamment celui de Pinocchio (Myriam Assouline), habillé entièrement de noir mais dont le visage est très blanc avec les contours noirs, celui de la fée (Maya Vignando), dont la gigantesque robe rend vraiment ce côté féérique, et enfin l’une des premières scènes où plusieurs acteurs sont recouverts de masques d’animaux. Le jeu de lumière est aussi très intéressant et amplifie beaucoup l’ambiance de la pièce :  encore une fois pendant la première scène, la lumière illumine leur visages un par un avant que les premiers dialogues ne commencent. Durant toute la pièce, il y a de la lumière blanche au milieu de la scène et le reste est complètement éteint. Mais certaines scènes utilisent aussi la lumière pour les accompagner, comme par exemple lorsque la fée apparaît et qu’elle est la seule sous la lumière, lorsque Pinocchio est dans la boîte de nuit ou dans « le monde où l’on ne s’ennuie jamais », ou encore lorsque la lumière bleutée rend très réaliste la scène dans la mer. D’ailleurs cette scène est particulièrement réaliste et marquante car la lumière, les bruits des vagues et les bruits de la baleine nous plongent dans une ambiance quelque peu inquiétante. Pinocchio nous entraine dans ce monde très particulier pendant 1h15 et nous fait ressentir toutes les émotions possibles, de la joie à la peur, en passant par la tristesse et le rire.

Un spectacle magnifique et très touchant à voir absolument !

De Gilles-Espoir K.

Très beau Pinocchio de Joël Pommerat .

Pinocchio raconte l’histoire d’un petit pantin fait par un vieux pauvre artisan suite au foudroîment d’un arbre. Le pantin nait d’un coup sans prendre le temps de murir ,il ignore toutes les lois de la patience et du travail . Il rencontre plusieurs obstacles durant son aventure ,qu’il surmonte parfois . Et avec la promesse d’une fée , il devient un vrai garçon comme les autres .

Nous connaissons  l’histoire de Pinocchio, même si nous n’en connaissons pas tous les épisodes et l’adaptation de Joël Pommerat pose quelques questions  : l’existence qu’on a reçue est-elle une dette qu’on doit régler ? Peut-on devenir grand tout en restant libre ? Faut-il parfois trahir ses promesse pour mieux tenir sa parole ?

Cette pièce est réalisée  avec des jeux de lumières très beaux et très modernes : j’ai un grand respect pour les personnes qui ont créé les effets de lumière  incroyables,  j’ai été très ébloui par ses effets !

Le jeu des comédiens ne m’a pas tellement séduit dans le sens « enfant » c’est-á-dire tout finit bien, le monde est merveilleux , mais plutôt dans le sens moral , le sens réfléchi c’est-á-dire la moralité qui nous montre comment être meilleur à l’avenir .

Une très belle moralité et effets incroyables, une expérience sensorielle de théâtre complet ! A voir !

De Justine S.

Un beau spectacle !

Un pantin de bois prend vie grâce à une fée qui lui promet de le transformer en vrai petit garçon s’il reste sage. Malheureusement, Pinocchio est très désobéissant menteur et il rencontre un grand nombre de dangers (il est transformé en âne , il se fait avaler par une baleine dans laquelle il retrouve son père Gepetto …). Finalement, devenu meilleur, Pinocchio est récompensé par la fée qui le transforme en vrai petit garçon.

Nous connaissons tous ce conte, mais Joël Pommerat l’adapte et fait de Pinocchio un personnage moins sympathique que celui que nous gardons en mémoire.

Les décors, créés essentiellement par les jeux de lumières omniprésents dans la pièce, sont très impressionnants ; notamment, lorsque Pinocchio est dans la barque, on a l’impression qu’il navigue vraiment ! La plupart des costumes sont simples et adaptés à la classe sociale des personnages, mais celui de la fée est magnifique, il donne l’impression de voler grâce aux jeux de lumière. L’univers sonore souligne les instants de magie ou de tension de l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié cette pièce car les acteurs jouaient très bien (même si la comédienne qui joue le rôle Pinocchio ne correspond pas à l’image que je me faisais du pantin) , les décors et effets de lumières étaient très impressionnants, spectaculaires et recherchés pour donner beaucoup d’effet dans la pièce.