Tempête sous un crâne d’après V.Hugo au TGP

Affiche tempete-sous-un-crane Dimanche 20 mars à 15h

Adaptation Camille de la Guillonnière et Jean Bellorini  Mise en scène Jean Bellorini

Une oeuvre magistrale comme l’est Les Misérables, empreinte de la plus grande humanité, une mise en scène de Jean Bellorini, généreuse et lumineuse, 5 comédiens et 2 musiciens, tous également comédiens et musiciens, aussi excellents qu’engagés dans le don qu’ils nous font de la langue de V.Hugo…cela fait un magnifique spectacle d’une grande poésie !

Nous étions contents de faire découvrir ce spectacle et l’oeuvre de Hugo aux 40 jeunes : ils ont tous été étonnés par le jeu narratif des comédiens (ils sont deux dans la première partie, lumineux Camille de la Guillonnière et Clara Mayer, et 5 dans la seconde pour faire vivre la multitude de personnages des Misérables), certains n’ont pas réussi à entrer dans l’émotion du spectacle, mais à la sortie, la plupart dirent qu’ils avaient beaucoup aimé.

Tempête tempete_sous_un_crane-credit-pierre-dolzanibis 63974-temp_tesousuncrane_1ereepoque_1

© Pierre Dolzani

A l’entracte, quelques photos de jeunes restés dans la salle

IMG_20160320_164926043 IMG_20160320_164220781 IMG_20160320_145831954

Le spectacle a été suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique complète : un grand MERCI pour leur générosité.

IMG_9776

Les critiques des jeunes attestent de leur enthousiasme… De :

Zola M.

Dimanche, nous avons assisté à la représentation de Tempête sous un crâne, adaptation des Misérables de Victor Hugo,  et mise en scène par Jean Bellorini, au Théâtre Gérard Philipe.
La pièce était incroyable. À mi chemin entre théâtre et prose, Tempête sous un crâne reprend l’histoire tragique de Jean Valjean, et met en scène quelques acteurs (deux dans la première partie puis 5 dans la deuxième) qui disent par cœur et sans trous de mémoire apparents, ce texte difficile. C’est surtout par cela que j’ai été impressionnée, ainsi que le fait qu’ils ont pu mettre en scène tant de rôles variés (Clara Mayer qui joue à la fois Cosette, Petit Gervais, Mme Thénardier….). Par ailleurs, l’interprétation des comédiens était excellente, très motivée et avec beaucoup d’enthousiasme. Ils parviennent à animer un texte dur et pesant et ainsi à faire rire un public qui s’attendait à pleurer.

Le décor et la mise en scène, simples et minimalistes, étaient très réussis — j’ai beaucoup aimé l’utilisation de la lumière et des ombres, notamment la scène de barricade dans laquelle les communards se mettent en ligne et chantent dos au mur, leurs ombres se projetant derrière rappelant les affiches de propagande. Malgré la simplicité apparente du décor, chaque élément assumeun rôle différent au cours de la pièce. 
J’ai adoré la façon dont Jean Bellorini a utilisé  la musique, et il expliqua après, lors de la table ronde, que “acteurs et musiciens étaient indissociables” et que tous deux pesaient énormément dans le théâtre. La musique, accompagnant les scènes de révolution, d’amour, de souffrance, de mort, était excellente, et donnait un aspect rythmique à la pièce. Les acteurs et musiciens étaient en parfaite harmonie, et à certains moments, les musiciens quittaient leurs instruments pour jouer un rôle. 
J’ai trouvé que la pièce était vraiment un hommage à Hugo, restant fidèle au texte, tout en s’en détachant de temps en temps pour surprendre le public. 

J’ai énormément aimé Tempête sous un crâne et je la conseille. 
Kirian C.

Le 20 mars 2016, nous sommes de retour au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis. Nous assistons cette fois-ci à la représentation de Tempête sous un crâne. Le titre  correspond au chapitre 3, livre VII de la première partie des Misérables consacrée à Jean Valjean.

Jean Valjean, devenu honnête homme après une promesse faite à un évêque à sa sortie de prison, est rattrapé par son passé de forçat.

Tout d’abord, je tiens à dire que pour quelqu’un n’étant pas fan des Misérables et de Victor Hugo plus généralement, j’ai adoré la pièce ! Après une pièce comme Richard III, je ne pourrais pas dire que ça a été ma pièce préférée, mais ce fut tout de même un beau moment.

J’ai vraiment pris plaisir à regarder la pièce qui est très visuelle ! A chaque extrémité de la scène se trouvent d’excellents musiciens légèrement éclairés par une petite ampoule à la lumière chaleureuse. Ils sont écartés de la scène de sorte à ce qu’ils soient entourés du noir complet, ainsi, les musiciens sont dans leurs petites bulles chaleureuses. J’ai d’ailleurs passé beaucoup de temps à les regarder.

Cela m’a parfois fait penser à une comédie musicale car en plus du mini orchestre qui s’occupe de la musique de chaque scène, il y a des coupures dans le spectacle où la pianiste, accordéoniste, bassiste et guitariste se lève et chante. Ou encore, les acteurs eux-mêmes chantent et jouent de l’accordéon, dans la deuxième partie.

Ensuite, là où la mise en scène et le jeu des acteurs sont impressionnants, c’est que bien qu’il n’y ait pas de décor, nous n’avons aucun mal à être transportés et à visualiser la scène !

Pour ce qui est des acteurs, je dois avouer qu’au début de la pièce, ne voyant que deux acteurs déballant un flot de paroles très vite et sans se regarder, j’ai pris peur pour le reste du spectacle. Puis je me suis habitué après quelques minutes à leur façon de faire et à l’apprécier ! Il n’y avait que très peu de discours directs, la plus-part du temps, les paroles étaient rapportées au discours indirect (libre).

Les deux premiers acteurs réalisent une incroyable performance les deux premières heures : à eux seuls, ils plongent la salle dans l’histoire puis, tout en étant très présents,  passent le relais à leurs camarades qui sont arrivés après l’entracte. Tous ont deux rôles dont un qui est le même pour tous, celui de narrateur.

Enfin, je reconnais ne pas avoir réellement prêté attention aux costumes, tous assez simples : tous portent un grand paletot, une écharpe en laine et un bonnet. Jupe et collant collants pour les filles, pantalon sombre pour les hommes.

Je ne pourrais donc que vous recommander d’aller voir Tempête sous un crâne !! Croyez-moi, vous ne le regretterez pas !    

Garance G.

Une pièce époustouflante, vivante et touchante qui nous plonge parfaitement dans l’univers des Misérables !

Tempête sous un crâne est en effet une adaptation des Misérables de Victor Hugo, créée par Jean Bellorini et Camille de La Guillonnière, puis mise en scène par Jean Bellorini et jouée pour la première fois au Théâtre du Soleil / Cartoucherie de Vincennes en 2010.

Cette pièce retrace les histoires et destins croisés des principaux personnages du chef-d’œuvre de Victor Hugo : Jean Valjean, Fantine, Javert, Cosette et les Thénardier, Marius, les amis de l’ABC et Gavroche. L’histoire, divisée en deux époques pour la pièce, débute avec la sortie de Jean Valjean du bagne en 1815 et se termine par la scène poignante du suicide de Javert.

Bien que long, c’est un spectacle durant lequel il est impossible de s’ennuyer tant le texte de Victor Hugo est mis en valeur par les comédiens. Ils interprètent leurs personnages avec une force et une émotion qui ne laissent pas indifférent. C’est impressionnant car la première époque n’est jouée que par deux comédiens dont on peut admirer l’endurance. Ils sont, par ailleurs, accompagnés de deux musiciens, Céline Ottria au piano, à la guitare et à l’accordéon et Hugo Sablic en tant que batteur, tout au long de cette époque. Mais ces musiciens sont également présents durant la seconde partie où la musique qui rythme le récit est essentielle car elle représente un autre moyen de s’exprimer. En outre, la régulière présence de l’accordéon est un point très positif car ce n’est pas un instrument fréquent pourtant il s’intègre très bien dans la mise en scène. Les décors, très peu imposants, s’accordent avec la pièce et mettent en valeur le jeu des personnages.

Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière nous proposent ainsi un spectacle magnifique, qui ne plaira pas seulement aux amoureux de Victor Hugo !

À voir absolument !

Pauline F.

Des Misérables dynamiques au Théâtre Gérard Philipe

La pièce inspirée des Misérables de Victor Hugo, mise en scène par Jean Bellorini est touchante et originale.

En effet, le spectacle est musicalement rythmé de manière très juste, et cela rend ce classique, plus vivant et plus dynamique.

Je n’y ai ressenti aucune longueur car la présence des comédiens sur scène est remarquable, jouant chacun plusieurs rôles

Les personnages sont mis en avant grâce aux décors minimalistes et aux voix narrées de leurs comédiens tout au long de la pièce.

Malgré la difficulté de l’action, ils intègrent différents points de vue et jeu de rôle et arrivent à passer de Gavroche à Jean Valjean ou de Cosette aux Thénardier avec une grande facilité et une aisance des plus naturelles.

Mon admiration est axée en grande partie sur les deux comédiens qui jouent seuls dans la première époque et poursuivent avec une énergie tout aussi concentrée dans la deuxième époque.

Une mise en scène très dynamique et parfois même drôle, ce qui est étonnant pour une telle histoire. A voir !

Helena C.C

Jean Bellorini met en scène une œuvre historique avec une grande fidélité : Tempête sous un crâne est une adaptation des Misérables faite par Jean Bellorini et Camille de La Guillonnière, un des comédiens.

« Tempête sous un crâne » est le titre d’un chapitre de l’œuvre consacré au héros des Misérables, Jean Valjean. Après le bagne, celui-ci devient le maire généreux de Montreuil-sur-Mer, aimé de tous , en adoptant le nom de Monsieur Madeleine. Cependant, son passé le rattrape : l’inspecteur de police Javert lui révèle qu’un certain Champmathieu vient d’être arrêté parce qu’il est soupçonné d’être en réalité Jean Valjean, un ancien forçat évadé. Jean Valjean ne sait alors plus quoi faire et une tourmente l’envahit. « Au bout de peu d’instants, il eut beau faire, il reprit ce sombre dialogue dans lequel c’était lui qui parlait et lui qui écoutait, disant ce qu’il eût voulu taire, écoutant ce qu’il n’eût pas voulu entendre, cédant à cette puissance mystérieuse qui lui disait : Pense ! Comme elle disait il y a deux mille ans à un autre condamné : Marche ! ».

Jean Bellorini et Camille de La Guillonière ont respecté le texte et le déroulé de l’histoire. Le spectacle se divise en deux parties : la première époque portée par deux comédiens puis, la seconde constituée par cinq interprètes. Les comédiens, brillants et dynamiques, incarnent différents personnages à la fois, et souvent parlent en unisson. Deux musiciens talentueux sont présents sur scène, chantent et jouent de l’accordéon, du piano, de la guitare et de la batterie. La musique devient alors un personnage de l’histoire et fait ressentir de nombreuses émotions au spectateur comme l’inquiétude, la peur, la joie…

Un spectacle touchant et captivant !

Léa L

Jouer la pièce, dans une mise en scène originale,  en respectant le texte de Victor Hugo avec autant de dynamisme est impressionnant. Les comédiens sont seulement cinq mais ils réussissent à remplir le théâtre de leur énergie constante.

Ils parviennent à faire sortir les plus beaux sentiments éprouvés lors de la lecture des Misérables. Il y a des moments très forts et intenses qui m’ont beaucoup touchée, d’autres moins mais toujours aussi biens interprétés. J’ai également beaucoup aimé les deux comédiens qui accompagnent les paroles des autres comédiens avec un piano, un accordéon et une batterie. Le décor est tout aussi original car il y a sur scène uniquement un arbre, un lit-cage, un piano et une batterie. Très simpliste, ce décor donne un effet de légèreté à l’ensemble.
La poésie, la musique , l’énergie et les émotions sont au rendez vous dans cette mise en scène réussie de Jean Bellorini.

Léa B.Q

Une mise en scène plus qu’originale au Théâtre Gérard Philipe!

Les Misérables de Victor Hugo a été mis en scène par Jean Bellorini avec sa troupe au TGP de Saint Denis. La salle de ce théâtre est très moderne avec ses sièges en bois et, bien qu’elle soit très grande, on a tout de même l’impression d’être proche des comédiens.

Jean Bellorini s’est inspiré de l’œuvre mythique de V.Hugo écrite en 1862.

L’histoire, nous la connaissons tous ! Elle raconte la vie plus que misérable de Fantine qui veut à tout prix sauver et bien éduquer sa fille et celle de Jean Valjean qui essaye de reprendre sa vie en main, mais ces derniers, que tout oppose, croisent un jour leur route et Jean Valjean, devenu Monsieur Madeleine, décide alors de prendre sa fille, Cosette sous son aile. S’en suit une longue liste de péripéties

Jean Bellorini a décidé de nous tenir en haleine durant ces trois heures en n’incluant que deux narrateurs pendant la première partie, puis cinq pour la seconde. Ce n’est pas tout, ce metteur en scène hors du commun a aussi introduit deux musiciens/chanteurs qui sont comme il l’a dit « eux aussi des personnages de la pièce ».Le décor de la pièce est minimaliste, mais on se sent tout de même en plein Paris au temps de l’insurrection de 1832. La scène qui m’a le plus marquée est lorsque les comédiens et les musiciens se mettent à chanter tous ensemble vers la fin de la pièce, on peut sentir toute l’émotion de la pièce.

Une pièce absolument géniale ! À  voir de toute urgence !

Ilan V.D.

Tempête sous un crâne tourne autour du personnage de Jean Valjean, après 19 ans de bagne. Lors de la première partie seulement deux acteurs sont en scène accompagnés par deux musiciens. La pièce est poétique et musicale, le texte est coupé mais pas modifié et l’on se rend compte que les mots de Victor Hugo sont encore actuels et sa poésie touche encore. Lors de la première partie, la mise en scène est simple, il y a peu de décor mais la présence des acteurs et des musiciens suffit largement à occuper la scène. La deuxième partie possède un peu plus de décor et surtout plus d’acteurs (2 au début 5 ensuite) mais les décors restent légers et épurés.

J’ai beaucoup aimé la pièce malgré le fait que je l’avais déjà vu au théâtre d’Ivry. J’ai été séduit par le fait d’avoir intégré des musiciens à cette partie des Misérables consacrée à Jean Valjean qui donne un aspect contemporain au texte. Les coupures musicales où l’accordéoniste sort de son espace, délimité par le faible éclairage tamisé produit par une petite ampoule donnant un effet « sépia », pour rejoindre la partie gauche de la scène et pour chanter, sont agréables. Le fait que le décor soit épuré me plait car je pense qu’on peut mieux se concentrer sur le formidable jeu des acteurs rodé par les 6 années de mise à l’épreuve. J’avoue que si les acteurs avaient eu un mauvais jeu, j’aurais aimé avoir un décor plus fourni afin de passer le temps, mais ce n’est pas le cas ! La première partie est ponctuée de passages où les deux acteurs parlent en même temps et leurs voix sont bien synchronisées. Après avoir installé l’histoire et même l’avoir bien entamée, car la première partie dure environ deux heures, la deuxième partie, avec cinq comédiens, tourne autour de révoltes et d’émeutes des années 1830. Les comédiens sont acteurs de cette révolution et les actions se passent sur le front ou derrières les barricades.

Pour conclure j’ai beaucoup aimé cette pièce qui mélange extrêmement bien la poésie, le dynamisme créé par la musique et ce large morceau des Misérables.

Nathan B.

Je vais vous faire la critique d’une pièce qui m’a d’abord surpris et gêné, certes, mais que j’ai finalement beaucoup apprécié : Tempête sous un crâne est une adaptation des Misérables, par Victor Hugo (né en 1802, il est considéré comme l’un des plus grands poètes et écrivains de la langue française, il meurt en 1885 ) et mis en scène par Jean Bellorini ( né en 1981, il est metteur en scène et directeur du TGP, il a reçu de nombreuses récompenses pour ses pièces).

Cette pièce nous fait suivre de manière théâtrale l’œuvre de Victor Hugo, nous racontant l’épopée de Jean Valjean, un homme fraîchement sorti du bagne qui évolue, et qui passe d’un voleur sans âme à une personne responsable.

Il n’y a que peu de décors, un lit, des bougies, et un arbre. Après l’entracte arrivent des néons et une moto, et un peu plus tard un mur d’ampoules allumées qui fait contre-jour avec les acteurs. Ils sont réalistes par rapport aux époques qu’ils représentent et sont très bien utilisés par les comédiens.

Les costumes sont réalistes, comme pour les décors, par rapport aux époques qu’ils représentent. Les deux interprètes de la première partie ne changent pas de tenue dans la seconde, alors que l’action se déroule 20 ans après, ce qui permet garder un pont avec la première partie de la pièce malgré la transition entre les deux époques.

La musique est très présente dans la pièce, avec les deux musiciens ( une bassiste/pianiste/guitariste/accordéoniste et un batteur ). Lors de la table ronde, en réponse à ma question sur «  pourquoi ce choix de faire entrer la musique à part entière comme vous l’avez fait dans la pièce », M. Bellorini m’a répondu que pour lui les musiciens étaient des acteurs à part entière, autant que les autres comédiens. Le moment d’ailleurs où ils prennent tous un accordéon est aussi très puissant et m’a beaucoup marqué.

Je reste bloqué sur les comédiens : ils lisent/disent « juste » un texte, sans vraiment le jouer comme j’ai l’habitude de le voir, mais c’est aussi une autre vision de l’œuvre, et dans ce contexte, les acteurs ont réussi leur coup. Ils ont donné du relief à un « simple » roman, et ça a très bien rendu, je pense que la pièce à ce moment-là est d’une très grande puissance.

Pour conclure, je dirais que ce spectacle a amené du renouveau, non seulement à l’œuvre de Victor Hugo, mais aussi à ma perception du théâtre : le choix des acteurs et du metteur en scène des passages des livres font vivre d’une manière complètement différente la lecture et les messages.

Si ce n’est pas déjà fait, courez acheter vos billets.

Paolina K.L

Une pièce extrêmement touchante transmettant une réalité cruelle avec bravoure.

La pièce Tempête sous un crâne d’après Victor Hugo a été mise en scène par Jean Bellorini. La représentation a eu lieu au théâtre Gérard Philipe, le dimanche 20 mars. La pièce est une adaptation du chef d’œuvre des Misérables, qui a été par moment coupée tout en respectant la beauté du roman. Elle est divisée en deux parties, la première est jouée uniquement par deux personnages, prenant le rôle de bien d’autres. Dans la deuxième partie se joignent à eux trois autres personnages prenant toujours le rôle de beaucoup d’autres.

Le plus remarquable dans cette pièce est le jeu des comédiens. Dans la première partie, ils jouent à eux seuls la totalité des personnages d’une œuvre des plus complexe qu’est l’œuvre de Victor Hugo sans que cela ne paraisse pas clair. C’est impressionnant. Un piano, une batterie et une chanteuse sont constamment présents sur scène, et « ont la même importance que les comédiens » affirme le metteur en scène. Le fait que la musique est jouée par des vrais musiciens donne une authenticité et une singularité à la pièce. L’éclairage est constitué uniquement d’ampoules donnant une lumière chaude et chaleureuse qui se marie très bien avec l’époque de la pièce car elle reste simple et primaire. Les comédiens qui viennent s’ajouter dans la deuxième partie sont également d’une grande qualité et maîtrisent leurs différents rôles avec bravoure. Lors des passages où les personnages mouraient, j’ai ressenti des sensations jamais ressenties auparavant lors d’une pièce de théâtre. J’ai eu l’impression de mourir avec eux, et de connaître la vraie sensation de la mort. C’était à la fois très touchant mais très bouleversant et je n’ai jamais ressenti une pièce comme cette fois-ci. Les personnages ont eu la capacité de nous faire ressentir la réalité de la pauvreté si crue de manière très directe et comment les hommes de cette époque étaient prêts à tout pour avoir un peu d’argent. Les personnages qu’ils incarnaient étaient très touchants, même lorsqu’ils commettaient des délits. Cette pièce a été une grande surprise pour moi, je ne savais pas que le théâtre pouvait transmettre de telles sensations.

A ne pas manquer !