EdeB : Occident (octobre)

LogoEpeedeBois-HD Hte Résol OCCIDENT  Texte Rémi De Vos Mise en scène Serge Lipszyc

Occident Couv-Occident-2-copie

Occident : la violence n’a jamais été aussi comique.

Une femme, la cinquantaine, attend son mari ivre. Débute un dialogue absurde et répétitif, d’une violence extrême au sein d’un couple en rupture, dont la solitude et le manque de communication entrainent les protagonistes vers une spirale infernale, du rejet de l’autre au désespoir, et de l’attirance du fascisme aux pulsions de mort.

Occident est une pièce dont il est difficile de se détacher tant sa violence est marquante. Le décor, simplifié au maximum – deux chaises, un panneau blanc- permet de se recentrer instantanément sur le cœur de la pièce, le texte et les acteurs qui la portent, réduisant ainsi la distance entre le jeu et les spectateurs, exposés sans protection à une tempête d’une heure et demie .

Si la tonalité du texte, composée au début d’insultes et jouant sur l’ivresse du mari, semble facile et assez grossière, on se rend très rapidement compte de la subtilité du propos qui se glisse entre les tirades des acteurs et  nous montre un couple qui se déchire, chacun abandonné par l’autre à la suite de déceptions successives mais qui s’aime encore et qui ne parvient plus qu’à fonctionner à travers les provocations , les reproches et les insultes ( sur le modèle du  « je te déteste: pourquoi est-ce que tu ne m’aimes pas assez ? » ) .

Lionel Muzin, le mari, nous entraine toujours plus profondément dans sa descente vers l’alcoolisme, le fascisme, et Julianne Corre joue à merveille le rôle de cette femme, dépassée par le chute libre de son mari, perdue elle aussi et qui n’arrive plus qu’à communiquer qu’à travers la  froideur et le sarcasme. Mais surtout ils font parvenir aux spectateurs un humour incroyable, corrosif, ravageur qui traverse la pièce et ses thèmes permettant de faire avaler cette pilule pleine d’amour, d’idées suicidaires, de racisme, de jalousie, de mort, d’alcoolisme, de haine, de sexe un peu plus facilement.

C’est donc une pièce à conseiller!

Idir Iguedir

Une pièce intrigante qu’il fut un plaisir de voir!

Cette pièce tourne autour d’un couple dysfonctionnel et nous fait assister à leurs disputes ayant lieu tous les soirs lorsque le mari rentre, après avoir bu.

Il y a des sujets qui reviennent régulièrement tels que l’impuissance du mari, son racisme se développant au fur et à mesure de la pièce et sa jalousie.

J’ai beaucoup aimé ce spectacle avec ses deux acteurs qui, seuls sur scène, interprétaient avec justesse troublante cette relation perturbante.

Au fur et à mesure de l’avancée de la pièce, les chaises sur lesquelles s’assoient les personnages sont légèrement déplacées de façon à ce que l’un des personnages tourne le dos à l’autre ou qu’au contraire ils soient face à face. C’est un procédé assez intéressant bien que je n’aie pas toujours réussi à ressentir le rapprochement et l’éloignement que sous-entendait le mouvement des chaises.

Le langage était par moment à la limite du vulgaire et ce fut assez surprenant au début. Parfois, la violence qui passait par les insultes assez redondantes était intéressante et paraissait juste, mais au bout d’un certains nombres de scènes, ce parut pourtant lourd et il aurait été intéressant de voir la violence entre cet homme et cette femme passer par autre chose que ces mots qui en perdaient de leur signification et de leur valeur. Il est vrai que la femme était par moment très violente dans ses propos mais le mari qui était toujours sous l’influence de l’alcool ne faisait que répéter les mêmes insultes à tort et à travers sans réellement réussir à s’exprimer.

Ce fut également un spectacle qui par moment pouvait être très drôle et la distance entre ces deux personnages créait quelque chose de décalé qui, à certains instants, devenait quasiment un dialogue de sourds. Mais même l’humour avait quelque chose de très noir, empreint de cette relation sombre ainsi que de son évolution. Le mari se développe de plus en plus raciste à chaque scène et l’on voit la femme essayer de le raisonner sans succès. C’est assez effrayant d’un certain point de vue mais cela montre également l’irrationalité de la discrimination. J’ai également apprécié cet aspect-là.

Malgré les quelques points qui ont pu me déplaire, je suis sortie de la salle satisfaite par cette pièce pleine d’humour et de noirceur. C’est donc une pièce que je souhaite conseiller !

Juliette Geissler

Un spectacle franc et direct, polémique à travers le rire, profond et dont on peut tirer plus d’une leçon, c’est un spectacle qui nous met face à nos réalités ; en bref, inratable !

Occident mise en scène par Serge Lipszyc et écrite par Rémi De Vos, met en scène seulement deux acteurs : un homme et une femme (Lionel Muzin et Juliane Corre). Au cours de leur dialogue d’époux se dévoilent les problèmes sociaux de nos jours et des confrontations d’opinions dénonçant ainsi le racisme, la violence, la peur d’autrui, l’ethnocentrisme français, aussi bien que l’exclusion sociale et un fascisme destructeur. En effet la pièce de De Vos fait dialoguer sous forme de petites séquences une femme, et son mari qui rentre ivre chaque soir. Un langage violent et sans retenu, comprenant insultes vulgaires et répliques pleines de mépris sont au programme pour un public qui, assez bizarrement, se sent plus proche du comédien et de son message grâce à l’absence d’artifices dans le registre de langue.

La lumière, très utile, permet de différencier les différents dialogues du binôme au fil du temps à l’aide de blackout. La performance des acteurs est crédible ; le spectateur sortant de la salle est inspiré par ces pensées et remué par l’audace du metteur en scène à dénoncer aussi clairement des idées délicates étant donné la situation française du moment, notamment concernant le sujet des réfugiés au nord de la France ou encore par rapport à la montée en popularité du Front National.

Un spectacle à ne surtout pas rater, léger mais extrêmement dénonciateur à la fois, la pièce est vivement recommandée. A voir !

Juliette Foulon