Roméo et Juliette

new-logo-comediefrancaise 23 novembre (20h30)
Texte Shakespeare mes Eric Ruf

dsc03141 dsc03142

Pour la majorité des jeunes, c’était leur première entrée à la Comédie Française !
Premières impressions très bonnes à la sortie du théâtre ! Décor très beau, excellents comédiens et enthousiasmante Juliette (Suliane Brahim), mise en scène gaie et tragique à la fois…
On attend des retours plus développés lors de la table ronde qui aura lieu le 28/11 au lycée Bergson.
Table ronde au lycée Bergson animée par Beth Thompson (responsable de l’équipe « Perruque et maquillage » de la CF et par Anne Céron
dsc03157 dsc03156
Tout d’abord un grand MERCI à Beth Thompson qui a accepté d’intervenir pour parler de son métier et du spectacle sur lequel elle a travaillé (nous révélant ainsi l’importance de nombre de perruques et de postiches, souvent invisibles à nos yeux de spectateurs…)
Les échanges ont été nombreux et très riches  sur le jeu des comédiens (finalement, une Juliette assez critiquée, un Roméo qui n’a pas vraiment convaincu), sur les choix de mise en scène (notamment l’absence du coup de foudre), sur la beauté des décors et les choix de scénographie (la fonction du lieu de passage des lavabos, la scène du balcon qui est plutôt celle de la corniche où Juliette est, au sens propre, en danger, la place publique et le rôle de la musique, la crypte). il y a eu aussi des réflexions sur l’adaptation contemporaine de la pièce de Shakespeare (traduction, costumes)… Bref, un échange intéressant entre les jeunes et nous qui a éclairé le spectacle qu’ils ont vu.
Quelques essais de critiques

Jusqu’ici je n’étais pas encore allée à la Comédie Française et je trouve l’intérieur très joli (plafond d’époque, grande salle à l’italienne …)
Roméo et Juliette raconte l’histoire de deux jeunes adolescents, appartenant à des familles différentes qui ne s’apprécient pas entre elles. (Les Capulets et les Montaigus). Tous deux s’aiment, mais ne doivent pas révéler leurs amours au grand jour, de peur que leurs familles l’apprennent.
Comme dans l’histoire originale de Roméo et Juliette, Eric Ruf a choisi comme cadre spatio-temporel Vérone dans une Italie pauvre. Seule différence, le spectacle d’Eric Ruf se situe entre les deux guerres alors que la pièce de  Shakespeare se déroule à la fin du XV ème siècle.
J’ai aimé les costumes (créés par Christian Lacroix) car ils correspondaient bien à l’époque jouée de la pièce.
Les acteurs jouaient bien leur rôle sauf , à mon sens, l’actrice Suliane Brah qui interprètee Juliette,qui  ne m’a pas séduite; j’ai trouvé son jeu trop « théâtral » par rapport aux autres acteurs qui nous faisaient vivre l’histoire de manière plus naturelle.
J’ai également regretté qu’il n’y ait pas d’ effets spéciaux dans le décor.
Dans l’ensemble le spectacle m’a plu…
Pour conclure : je vous conseille d’aller le découvrir ! Aurore G.P.

Drames et intrigues à la Comédie Française

Nous sommes allés voir Roméo et Juliette à la Comédie Française. cette pièce de Shakespeare mise en scène par Eric Ruff.

Roméo et Juliette est un grand classique. Deux jeunes gens, issus de familles rivales, tombent éperdument amoureux. Plutôt que de renoncer à leur amour, ils s’épousent, encouragés par un moine. Mais Juliette se retrouve promise à un autre après que Roméo eût tué son cousin Tybalt. Prêts à tout pour sauver leur amour, ils iront jusqu’au bout de leur histoire tragique.

La mise en scène est surprenante mais rend bien avec le jeu moderne des acteurs, leurs paroles et tournures sont si contemporaines que cela en devient troublant. L’histoire se déroulant dans l’entre-deux guerres. le personnage de Juliette et l’incompréhension subie par elle m’ont terriblement touchée. J’en ai pleuré.
L’espace est très bien occupé :les déplacements des acteurs et du décor, les éclairages, tout ceci contribue à rendre l’espace tantôt intime, tantôt public, tantôt oppressant et lugubre. Les ambiances sont parfaitement réalisées et réalistes. Les costumes sont variés et adaptés, on reconnait les personnages aisément, même incognito! Les costumes donnent le ton et l’époque, le tout baigné dans une musique d’ambiance qui emplit la pièce d’un fond sonore parfait. Le lieu de l’intrigue nous est également donné par la musique: le phrasé musical de l’Italien dans les chansons d’amour n’aurait su être mieux adapté à l’histoire d’amour en scène.

En bref, un spectacle très touchant et émouvant, à voir absolument ! E. DMdeT

Roméo et Juliette se joue dans une splendide salle au cœur de Paris : La Comédie Française .

Suliane Brahim incarne le rôle de Juliette malgré de nombreuses touches personnelles du metteur en scène Éric Ruf, parfois inappropriées ou hors contexte me semble-t-il : ainsi, je me demande encore pourquoi Juliette est montée sur une tour pour se confesser sous des airs romantiques à son Roméo. Sachant que la pièce a été écrite au XVIème siècle , une question se pose ; Pourquoi Juliette craint-elle autant son père au point de se laisser martyriser mais s’offre la liberté d’escalader les murs en pleine nuit ? . Un oxymore trop prononcé et assez troublant qui m’a dérangé. Entre autre, je ne suis pas contre l’idée du metteur en scène à donner un certain « renouveau » à ce classique mais il aurait fallu que les costumes, l’attitude et le maquillage des acteurs suivent cette voie.
Par ailleurs, Didier Sandre qui joue Capulet est tourné en dérision avec un rôle devenu comique, ce qui encore une fois n’est pas approprié avec la tragédie de la pièce. ; lorsque Capulet prépare le mariage de sa fille à l’aube, il arrive sur scène avec un tablier de cuisinière. Ce choix du metteur en scène est en contraste total avec son caractère dur envers sa fille et très hautain.
Au contraire, les lumières ( Bernard Courdec ) et les décors étaient très adaptés à Roméo et Juliette. Les murs qui bougeaient au fil de la représentation étaient magnifiquement conçus, ce fut un plaisir d’observer ces machineries.
Elvire E.