Ex : Caligula d’Albert Camus/Athénée

Une belle mise en scène de la première version de cette pièce d’Albert Camus de 1938, rarement montée, qui met l’accent sur l’humanité du personnage plus que sur sa folie. Le metteur en scène avait envie de retrouver « la poésie intérieure », et c’est plutôt réussie.
Une représentation qui a globalement séduit tout le monde.
_pml8100red-internet-caligula-3.jpg
_pml7653red-internet-caligula-1.jpg

_pml8158red-internet-caligula-2.jpg

 

 

 

Bruno Putzulu joue un  Caligula très humain, entre l’enfant et le monstre, jamais fou mais plein de nuances. Il est entouré de comédiens solides dans une mise en scène claire et souvent belle… avec Cécile Paoli (Caesonia)

Après la représentation, nous avons eu la chance d’être accueillis au foyer du théâtre et de rencontrer Stéphane Olivié Bisson qui a répondu avec beaucoup de gentillesse, de simplicité et précision aux questions posées sur la mise en scène, sur son choix de la première version de Caligula, sur la musique originale de Jean-Marie Sénia.

cimg7109.JPGcimg7111.JPGcimg7115.JPG

Quelques critiques :

De Maeve
J’ai beaucoup apprécié la pièce de théâtre de Caligula pour différentes raisons.
Premièrement le jeu des acteurs était stupéfiant. Je souhaite en particulier parler du comédien Bruno Putzulu interprétant Caligula qui arrivait à donner beaucoup de caractère à ce personnage ainsi qu’à nous faire éprouver des sentiments très variés envers lui. Il pouvait interpréter à la fois le désespoir et les colères du personnage. Les autres était aussi très implantés dans leur personnage, malheureusement je n’ai pas apprécié le jeu de Cécile Paoli en Caesonia car je trouvais qu’elle manquait de vie (mais peut être cela était fait exprès).
Dans un second temps, je ferai part de la sonorité de la pièce en général. Il y avait des périodes de bruits très brusques et dérangeants probablement émis par l’utilisation d’instruments qui m’étaient inconnus jusqu’ici, tel la scie musicale. La musique aidait le spectateur à comprendre la signification de la scène en terme de pathétique, comique ou autre. Elle pouvait être à la fois grave et imposante dans la majorité des cas, ou plus douce et légère.
Le décor était assez simple mais suffisant pour donner une signification à l’ l’atmosphère de chaque scène.
Malgré la magnificence de ce spectacle, il y a un point que je n’ai pas apprécié: les costumes, notamment les robes des femmes qui manquaient de goût.
En conclusion, le spectacle m’a beaucoup touché émotionnellement et m’a fait me poser des questions existentielles: Peut-on faire souffrir autrui sous prétexte que nous sommes en souffrance  nous-mêmes? Sous une âme dictatrice et cruelle peut-il y avoir un homme bon?
Cette pièce est donc, à mon goût, très réussie bien que certains moments soient un peu longs. Cependant j’admire beaucoup cette reconsidération de l’Homme.
J’ai bien aimé la pièce, en particulier le personnage très pragmatique qui pensait de Caïus qu’il était nuisible !! Le jeu des acteurs étaient bon (on aurait pu croire Caligula bipolaire ou schizophrène !) bien que j’aie peu aimé les scènes avec Drusila . Une autre chose m’a laissée perplexe ! La musique. Je ne comprends absolument pas le choix du metteur en scène et je lui aurais posé la question si j’avais pu ! Pourquoi mettre un cri d’âne ?? À part cela, la pièce n’était pas mal du tout !

De Capucine :
J’ai beaucoup aimé cette pièce car on éprouve de la sympathie pour le personnage principal qui était encore seulement un “enfant” au milieu de tous ces problèmes politiques et sentimentaux. On prend ce personnage pour un fou au début de la pièce , lorsqu’’il commence sa vengeance et sa tyrannie mais si on regarde bien son passé et ses mésaventures, on comprend que tous les gens autour de lui l’ ont forcé à prendre un pouvoir qu’il ne voulait jamais et qu’il utilise par la suite comme la recherche “de l’impossible pour devenir possible”.