LES VIBRANTS au Studio des Champs Elysées

 

Texte Aïda Asgharzadeh mes Quentin Defalt

Premier spectacle vu par les jeunes de TREMPLIN 1 (secondes) : une RÉUSSITE ! Et un spectacle à ne pas manquer !

Eugène, gueule cassée de la première guerre mondiale, rencontre Sarah Bernhardt au Val de Grâce : l’homme détruit va se reconstruire grâce au théâtre et à ce rôle de Cyrano qu’elle lui propose. Ironie, lui, le « sans nez », remplace sa prothèse par le masque, et c’est la grande comédienne, alors elle-même amputée de la jambe droite, qui lui fait redécouvrir le « panache » et la vie.

L’histoire se tisse autour de ces deux destinées, Eugène-Cyrano, dans lesquelles l’amour se dit par le truchement d’un autre : belle fiction menée avec brio par la jeune auteure qu’est Aïda Asgharzadeh et jouée avec force pas ces 4 « vibrants » (nom donnée par Sarah Bernhardt aux comédiens) qui nous émeuvent. La scénographie, assez cinématographique, où se tirent les rideaux de l’hôpital, de la scène et du temps crée une atmosphère intimiste et poétique.

Un spectacle que nous avions vu au festival d’Avignon en 2015 et que nous sommes heureux de faire découvrir aux jeunes qui débutent Un tremplin pour l’avenir cette année.

Ne pas hésiter à aller le voir : l’avis des 45 que nous étions hier soir, jeunes et moins jeunes, était unanime !

Pour suivre toute l’actualité théâtrale DJL sur notre BLOG : http://jeunes-lettres.org

 

Laisser un commentaire