L’école des femmes à l’Odéon jusqu’au 29 décembre

 Vu par Eléa MdeT, Iannis V. et Aurore G.P

Texte Molière mes Stéphane Braunschweig

Au bonheur de Molière!
L’école des femmes est pensée par Molière pour analyser et moquer la société patriarcale,son mépris de la femme, et mettre en avant les inégalités entre les deux moitiés de la société. Écrite il y a plus de quatre siècles, cette pièce nous démontre qu’entre les mains d’un metteur en scène habile et d’acteurs impliqués, elle est toujours d’actualité ! Au temps des droits des femmes et de la lutte pour l’égalité, cette pièce montre quel chemin a été parcouru, et, par l’horreur qu’Arnolphe tente, démontre le combat perpétuel de la jeunesse contre des codes d’un autre temps. La mise en scène est active, on ne s’ennuie jamais, et les acteurs montrent quant à eux une implication parfaite. A découvrir, ou redécouvrir ! Eléa MdeT.

L’école des femmes, c’est l’histoire d’Arnolphe, un homme qui élève une jeune fille, Agnès, depuis l’âge de 4 ans, dans le but d’en faire « la femme parfaite » et de l’épouser. C’est aussi l’histoire  d’Agnès qui tente de s’émanciper et qui veut épouser son amant secret : Horace. Malgré tous les efforts d’Arnolphe pour empêcher Agnès et Horace de se voir, les événements ne vont pas tourner en sa faveur… Cette pièce de Molière est ici remise au goût du jour par le metteur en scène Stéphane Braunschweig. La mise en scène contemporaine nous rappelle que les problèmes que posent la pièce sont encore d’actualité : les rapports de manipulations que peut exercer un adulte sur un enfant, ou encore les inégalités hommes femmes.

Le décor est efficace tout en restant relativement sobre ; la pièce se déroule devant la chambre qui isole Agnès du reste du monde. Les acteurs incarnent parfaitement leur personnage, notamment l’acteur Claude Duparfait dans le rôle du jaloux Arnolphe, et Suzanne Aubert dans le rôle de l’innocente Agnès. Une pièce qui passe subtilement du drame à  l’humour, à ne pas manquer ! Iannis V.

L’École des femmes mise en scène par Stéphane Braunschweig nous propose une adaptation moderne de la pièce de Molière.
L’histoire conte la vie d’Agnès une jeune fille soumise et élevée depuis l’âge de 4 ans chez un bourgeois du nom d’Arnolphe. Celui-ci l’éduque selon ses souhaits pour qu’elle devienne la femme parfaite qu’il souhaite épouser, la rendant peu cultivée. Il veut ainsi repousser les futurs prétendants. Tout ne se passe pas comme prévu car durant son absence Agnès va malgré tout tomber amoureuse. De nombreux problèmes attendent Arnolphe qui ne se doute de rien…
Il y a pour décor, trois glaces interposées créant de la profondeur à la scène. Une idée très originale qui m’a plu.
J’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, Claude Duparfait qui incarne Arnolphe  ainsi que Assane Timbo interprétant Chrysalde.
Les costumes des comédiens ne sont, pour moi, pas très adaptés au contexte de la pièce, mis à part ceux du comédien jouant Arnolphe. Jogging rose, basket ou encore short, différents vêtements du quotidien qui me paraissent manquer  d’élégance pour une pièce comme celle-ci.
C’est une pièce sympa, parfois un peu ambiguë mais qui reste très divertissante … Aurore G.P

Laisser un commentaire