CAMPANA / Cirque Trottola au Centquatre jusqu’au 22 Déc.

 Vu par Sabah A.

Entre humour, poésie, cirque et musique, le Cirque Trottola nous conduit vers un pays imaginaire qui anime nos cœurs d’enfants.
Dès notre arrivée, le petit chapiteau rouge au cœur du 104 nous plonge dans un univers singulier et séduisant qui vient éveiller nos souvenirs d’enfance.
A l’intérieur, c’est tout un monde qui s’offre à nous. On est tout de suite happé par l’atmosphère féérique tout droit sorti d’un conte : le sol bleu qui disparaît dans une tempête, des personnages et des objets qui sortent du sol, un éléphant géant sorti de nulle part… on imagine un espace fascinant et mystérieux juste sous nos pieds!
Deux acrobates, l’un mi clown mi pirate, rustre et imposant, l’autre, petite et extravagante interagissent avec deux musiciens aux instruments tout aussi incroyables et originaux. Circassiens et musiciens se complètent dans une totale harmonie. Chaque note émise nous amène un peu plus loin dans cet onirisme insolite.
Les deux acrobates loufoques et burlesques, à travers leurs exploits physiques, des textes pleins d’humour, et des manipulations d’objets amènent un sujet plus profond et poétique autour de l’existence et du temps. En effet, comme le temps, le décor lui-même est constamment en mouvement. Cette manipulation à vue est très réussie car elle suscite notre curiosité face à la magie de la mécanique.
Les costumes viennent enrichir l’esthétique et l’ambiance de la pièce. Ainsi, on peut reconnaître certains personnages de contes ou de films, tel que le singe bleu volant, l’épouvantail ou l’homme de fer blanc du Magicien d’Oz.

Petit ou grand, je conseille fortement!

Laisser un commentaire