Onéguine au TGP jusqu’au 20 avril

 © Pascal Victor/ArtComPress

Texte d’après le roman Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine (traduction d’André Markowicz ) mes Jean Bellorini

Un spectacle innovant et original.

 Eugène Onéguine, un bourgeois de Saint Pétersbourg, lassé par la vie mondaine, décide de se retirer à la campagne, et se lie d’amitié avec son voisin Lenski. Tatiana, la sœur de la fiancée de Lenski tombe amoureuse de Onéguine mais ce dernier la rejette. Lenski invite son ami au bal de l’anniversaire de Tatiana. Onéguine danse avec la fiancée de Lenski et joue le séducteur. Se sentant trahi, Lenski provoque Onéguine en duel…

La grande innovation de ce spectacle, ce sont les casques audio mis à disposition des spectateurs pour une meilleure immersion dans l’histoire. J’ai beaucoup apprécié cette idée d’assister à la représentation avec des casques, cela permettait de comprendre parfaitement les répliques des comédiens sans qu’ils aient besoin de hausser la voix. La mise en scène de Jean Bellorini laisse le spectateur se focaliser sur le texte, elle est relativement simple : deux tables avec des chandeliers, et au centre un piano. La réalisation sonore de Sébastien Trouvé apporte une ambiance en symbiose avec le déroulement du texte. Je suis admiratif du travail des comédiens qui ont appris par cœur l’entièreté du roman de Pouchkine. Je trouve que les comédiens parviennent à transmettre les émotions qui se dégagent du texte, tant ils paraissent eux même ressentir les sentiments des personnages. Pour ceux qui trouvent les casques inconfortables, pas d’inquiétude : durant tout le spectacle, les comédiens font des petites pauses casques souvent teintées d’une touche humoristique.

Un spectacle à aller voir pour une expérience assez hors du commun. A ne surtout pas manquer si vous aimez la littérature russe.

Iannis V.

Laisser un commentaire