BROTHER au Théâtre de la Ville

 Vu par Luna DV

Chorégraphie de Marco DA SILVA FERREIRA.

Cette pièce comprend un mélange de danses tribales et urbaines, pleines de vivacité et précisions. Le titre même de la pièce pourrait être en référence à l’aspect tribal, une tribu est une patrie, une fratrie. Les lumières s’éteignent et nous voilà face à un homme seul sur scène, dansant dans un silence complet. Seul le souffle de sa respiration, et son déplacement résonne dans la salle. Les pas sont très circulaires, et se répètent en boucle. Puis au fur et à mesure, plusieurs personnes s’infiltrent sur scène et le rejoigne cette danse répétitive. Tous ont le visage peint en jaune comme si nous, spectateurs, étions témoins d’une cérémonie tribale. Puis nous avons une soudaine explosion de corps en accord avec un jeu de lumières intenses, vives et étincelantes. La musique évolue de même, elle commence par de simples bruits acoustiques comme des flûtes ou des tambours, puis évolue vers de l’électronique, technologique créant une réelle transition entre le passé et notre époque contemporaine. Le chorégraphe a compris différents types de danses aux références souterraines tel que le voguing, le kuduro et le pantsula, le tout dans une même scène. En effet, ces danses aux racines africaines sont primordiales dans le monde de la danse de nos jours et à son évolution.
Par ailleurs, Les danseurs modifient souvent leurs tenues, ils semblent en enlever au fur et à mesure jusqu’à une demi nudité. Des corps à l’état brut, pleins d’énergie et de vivacité : une scène particulière où l’une des danseuses a le haut de son corps à nu et se trouve en position de poirier pendant un certain moment et secoue tout son corps. Son énergie et le rythme qu’elle entretient sont simplement surprenants. Néanmoins, à la fin de la pièce, le silence reprend, plus qu’un danseur, il reprend les mouvements circulaires du début. Le spectacle s’achève doucement, marquant un contraste avec le haut niveau sonore de la musique électro, et le taux d’énergie regroupé sur scène.
Marco DA Silva Ferreira arrive étonnamment à combiner la danse urbaine avec l’esprit de la danse contemporaine.

Une pièce pleine d’énergie et de surprises, à voir!

Laisser un commentaire