MALDOROR à l’Athénée jusqu’au 19 octobre

 Vu par Meri G.

Texte Lautréamont mes Benjamin Lazar

Un mal profond

La pièce est un ensemble de réflexions et de tourments prononcés par un être torturé et à la recherche de soi qui tente tant bien que mal de comprendre l’intérêt de son existence dans un monde qui n’a lui-même plus de sens.
La volonté du metteur en scène de transporter le spectateur dans un monde obscur et froid prend tout son intérêt dans les moments les plus profonds de la réflexion du personnage. Je n’ai personnellement toujours pas compris qui ou quoi est Maldoror mais c’est sans doute la complexité de ce personnage ou cette chose qui m’attire le plus dans la pièce.
Le décor est assez simpliste et on ne comprend pas toujours à quoi correspondent certains éléments, mais en général le décor correspond à l’atmosphère glauque et perturbante dans laquelle nous sommes plongés durant toute la représentation.
L’ajout du support audiovisuel joue selon moi un rôle important dans la pièce car dans sa généralité la scène n’est jamais éclairée ou du moins jamais dans sa totalité et avoir ces images projetées dans les moments les plus fous de la représentation et des pensées du personnage rendent la scène encore plus travaillée qu’il n’y parait.
Le comédien seul sur scène marque souvent des pauses dans son discours durant lequel il en profite pour « changer » de costume. En réalité il enlève peu à peu quelques éléments du costume et se donne un air négligé. En somme, la totalité de sa façon d’agir est calculée de façon à illustrer le déclin du personnage principal qui termine la majestueuse pièce par la plus tragique des fins.

Je recommande cette pièce pour les esprits les plus terre à terre à la recherche de réflexion existentielle.

Meri G.

 

Laisser un commentaire