DJAZIA SATOUR EN CONCERT le 11 octobre au Monfort

Vu par Pauline Q. et Maram B.

Critique du concert Djazia Satour
Un moment de voyage dans la simplicité et la culture d’Alger, le concert de Djazia Satour mélange l’ambiance de la mélodie et de l’audace.
Née en Algérie, Djazia Satour puise dans les racines musicales de sa terre natale et mélange le chaabi de l’Alger des années 50, les rythmes ancestraux des bandits, les mélodies raffinées du banjo et du mandore avec les basses et les claviers analogiques d’une pop chaude et savoureuse.
En cette soirée d’ouverture, un concert tout public, dont les mélodies chantées en arabe d’une voix puissante, telles des hymnes, donnent comme un appel irrésistible à d’autres horizons.
Son authenticité nous embarque joyeusement à travers des imaginaires métissés. Il s’agit d’une artiste rafraîchissante qui mélange invention et tradition.
Ce spectacle se construit sur la thématique de la diversité des enfances, d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, voire de demain. Cela nous pousse à aller à la rencontre des autres et de leurs réalités, d’être ensemble et d’ouvrir nos regards et nos imaginaires, d’autant plus grâce au lieu puisque Le Monfort est un lieu d’échanges et d’accueil pour le public où les artistes mêlent les genres et les cultures. L’interprétation reste toujours aussi voluptueuse tant elle réussit à nous faire rentrer dans son jardin secret sur les rythmiques traditionnelles pour les moins majestueuses avec « Taleb Laman » et « Ya Ma Tal » traitant des sujets divers et variés comme la dépossession de l’exil ou encore l’amour dans un monde qui plonge de plus en plus dans le chaos. Plusieurs artistes sont présents sur scène, on retrouve trois musiciens : le guitariste Benoit Richou, Rabah Hamrene pour les cordes et Rémi D’Aversa à la batterie. Un spectacle électrisant !
Pauline Q.

Djazia Satour est accompagnée d’autres musiciens sur scène tel Benoit Richou , Rabah Hamrene , Fabien Daïan , Nicolas Matagtin , Rémi D’Aversa. C’est  une chanteuse née en Algérie en 1980; elle mélange le chaabi ( un genre musical algérien née au début du XXe ) et le pop tout en créant des sons musicaux originaux.

Avec une voix puissante et une forte énergie, elle marque sa présence sur scène et rend le concert encore plus vif et animé :  des paroles chantées en langue arabe , accompagnées des mélodies raffinées du banjo et du mandole ( un instrument surtout utilisé en musique chaabi ), ce qui permet aux auditeurs de voyager et de découvrir des morceaux appartenant à une culture différente. Chose qui crée un mélange entre la musique moderne et traditionnelle .C’est un concert tout public,avec une ambiance harmonieuse et festive ,

Un spectacle magnifique et qui sort de l’ordinaire, je vous le conseille vivement !
Maram B.

Laisser un commentaire