Vers Toi Terre Promise à l’Epée de Bois jusqu’au 27 octobre

texte de Jean-Claude Grumberg, mise en scène d’Antonio Diaz-Florian

 

Vu par Hani N.

Vers toi terre promise est une belle pièce chargée d’émotion. Elle relate, avec un style très humoristique, la douleur et la souffrance endurées par les juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale. Cette communauté est représentée par les Spodek. En plus d’être victimes des lois anti-juives, Charles et Clara ont aussi perdu leurs deux filles : une a été déportée puis assassinée, l’autre a été placée dans un couvent afin d’être protégée des Nazis. Cependant, à la fin de la guerre, les religieuses n’ont pas voulu rendre la fillette convertie à ses parents athées. Les apparitions comiques de l’auteur, ou du moins l’acteur qui est censé jouer le rôle de l’auteur, aussi surprenante soient-elles, nous permettent de suivre plus aisément le déroulement de l’histoire. Les personnages, très attachants, sont magnifiquement bien représentés par des acteurs qui épousaient parfaitement leurs rôles. En regardant Charles sur scène par exemple, je n’avais même pas l’impression d’être face à un comédien, mais à un vrai dentiste. Mon préféré est l’auteur. Polyvalente, sa représentation de plusieurs personnages est époustouflante. Les scènes quant à elles s’enchaînaient de manière très limpide, ce qui est fort impressionnant.

C’est une pièce très touchante aussi. C’est une sorte de tragédie comique qui s’appuie sur un humour amer. Difficile d’imaginer un sort plus rude pour nos deux parents. Les Spodek, en plus d’être malmenés par les Nazis et d’avoir perdu leurs enfants, ne trouvent pas la paix avec eux-mêmes ainsi qu’avec leur entourage. Etant athées, la situation avec leur famille est tendue. Même entre eux, ils sont loin de tomber d’accord à chaque fois. Cette histoire reflète celle des millions de Juifs mal traités par la guerre. Ces juifs qui ont le besoin de trouver un chez-soi, mais qui ne sont à leur place nulle part au monde. Et c’est pour cette raison (entre autres) que, quelques années plus tard, Israël est créé à l’endroit de la terre promise, selon le livre sacré des juifs : La Torah.

Le fait qu’on soit en petit comité m’a en même temps surpris et plu car on était juste à côté de la scène et des protagonistes, et c’était la première fois que j’assistais à une représentation de la sorte.

Cette pièce de théâtre est très intéressante, plutôt pour son coté historique, un peu biographique. Elle relate la souffrance d’une famille tourmentée par la douleur, mais qui continue à aller de l’avant.

Laisser un commentaire