La folle enchère à L’Epée de bois jusqu’au 8 décembre

  texte de Madame Ulrich et mise en scène d’Aurore Evain

 

Vu par Zhanna G.

Madame Ulrich écrit, il y a plusieurs siècles, sa pièce de travestissement, adressée à son amant Florent Dancourt. La pièce est jouée pour la première fois en 1690 devant le roi a la Comédie Française.

Plus de 300 ans plus tard Aurore Evain redonne une chance à la pièce au Théâtre de l’Epée de Bois.
Le décor reste le même du début à la fin, des miroirs que les comédiens font bouger en donnant des effets de multiplications; les personnages se divisent, ils se retrouvent tout autour de nous, les effets de miroirs donnent un aspect très intéressant à la représentation.
Madame Argante, une bourgeoise qui ne veut pas se voir vieillir, interdit à son fils Eraste de se marier, elle ne veut pas être appelée grand-mère et rentre dans un jeu de séduction avec Angélique qu’elle croit être un comte.
Le travestissement, un sujet, comme beaucoup d’autres, très tabou pour tous au 17ème, détruit les mœurs de cette époque (grâce à la pièce de madame Ulrich : à supprimer : cela n’a pas de sens).
Madame Ulrich veut faire passer un message très fort à travers sa pièce, le féminisme dans le théâtre.
Je conseille d’aller voir cette représentation pour le travail et l’investissement de la troupe, même si cette question du féminisme peut paraître répétitive aujourd’hui.

Laisser un commentaire