La vie matérielle au TQI

texte de Marguerite Duras, musique de Johann Sebastian Bach, mes et conception de Cécile Coustillac et Marieke Bouche

Vu par Flor S.

Une lecture vivante, qui alterne violon et voix. Dans un décor original, des murs en briques, des lampadaires suspendus, une bibliothèque, et une bouteille de vin sur une table en bois, l’attention et l’imagination règnent au sein des spectateurs.

L’utilisation du lieu provoque le saisissement. C’est dans le hall de l’ancienne manufacture des œillets qu’est jouée la pièce. Les comédiennes se promènent dans la salle et passent entre et derrière, voire au-dessus du public.

La lecture, très réaliste, procure la sensation d’unisson entre la comédienne et Marguerite Duras comme si cette dernière venait en personne nous raconter son histoire.

Les interventions au violon par Merieke Bouche transportent l’auditoire à la fin des années 1900.

Un bel hommage à Marguerite Duras dans un spectacle musical qui nous porte jusque dans les flots de ses pensées.

 

 

Laisser un commentaire