La chute de la maison

Second spectacle (au Théâtre des Quartiers d’Ivry)…compliqué à voir puisque prévu le vendredi 13, en pleine période de la grève des transports ! Le théâtre a accepté de reporter les places au dimanche 15 et grâce à des parents mobilisés (et ayant une voiture ou, courageux, venus tout de même en transport et à pied !), nous avons organisé un covoiturage. Ainsi, 26 jeunes ont pu voir le spectacle accompagnés par 9 parents, à qui DJL a évidemment offert la place. Un grand merci à eux et bravo pour l’engagement des jeunes et de leurs parents.

Fort heureusement, La chute de la maison nous a fait rire et nous a transportés dans l’univers onirique et loufoque aux confins de la musique et du théâtre, de Samuel Achache et Jeanne Candel.

 Photos Théâtre Garonne

Point de départ du spectacle, La chute de la maison Usher d’Edgar Allan Poe, est très librement transposée dans un hôpital du 19ème siècle où une jeune femme, Mademoiselle Guillaume, morte sur la table d’opération, réapparaît semant la discorde parmi le personnel : prêtre et religieuse, médecins s’affrontant sur la plan scientifique, direction de l’hôpital, soucieuse de la réputation de celui-ci, personnel de service… Finalement, tout le monde s’accorde pour enfermer la jeune femme et lui faire croire qu’elle est en fait aux « royaume des morts », afin de pouvoir mieux l’étudier et de gagner du temps…

Entre scènes désopilantes, musique et lieder de Schumann et Schubert soigneusement choisis dans ce contexte de rêve et de folie, jeu subtil d’une Mademoiselle Guillaume rendue muette par ce qui lui arrive, c’est un spectacle réussi !

Tous étaient satisfaits à la sortie, mais pressés de rentrer compte tenu du contexte !

Le retour des jeunes

Une pièce fantastique pleine d’émotions et de fantasme.

La nouvelle fantastique d’ E.Poe, La chute de la maison Usher, raconte l’histoire du narrateur qui est appelé par son ami Roderick Usher car lui et sa soeur sont malades mais cette maladie est plutôt une maladie folle et selon lui la maladie est produite par la maisons dans laquelle ils vivent qui est pourvue de sens. Peu de temps après l’arrivée du narrateur, Madeline meurt et son frère l’enterre dans un caveau provisoire, cependant il devient de plus en plus agité car il pense avoir enterré Madeline vivante. Dans une nuit tempétueuse sa sœur apparaît couverte de sang et de suaire. Elle s’écroule sur son frère qui ensuit tombe lui aussi de frayeur. Le narrateur bien effrayé, s’enfuit et découvre une énorme fissure dans la maison et qui provoque son l’écroulement.
La pièce La Chute de la Maison est une adaptation de la nouvelle par Samuel Achache et Jeanne Candel . Tout est bien dosé, harmonieusement équilibré, et petit à petit se construit un spectacle simple et singulier, très agréable, tout en petites touches.
Il y a comme une sorte de contraste dans la pièce car les décors sont très réalistes alors que la pièce est fantastique.
On retrouve en quelque sorte ici dans cette pièce la religion moquée à cause du prêtre nu à la fin et aussi à cause de la bonne sœur qui a une relation avec la prêtre.
Dans cette pièce chaque personnage a un instrument qui le définit et on peut même penser qu’ici la musique de chaque instrument complète l’âme de son maître.
Les comédiens ont une bonne énergie qui rend les personnages de la pièce vivants et réaliste dans la pièce qui est fantastique. Ils ont même une personnalité fixe en fonction de leur fonction dans la pièce et de l’instrument qu’ils jouent.

Une belle scénographie avec un décor simple mais à la fois avec beaucoup d’émotions ! A voir absolument !
Crina-Maria B.